English Version
OK
Logo retour accueil
 

R&D

La recherche de biomarqueurs prédictifs de la réponse aux thérapeutiques ciblées est devenue un enjeu majeur de la prise en charge des malades atteints de cancers. C'est un objectif soutenu par IntegraGen.

 

  • Le développement d'outils biologiques d'aide à la décision pour l'oncologue est donc clé pour optimiser la prise en charge de la conduite du traitement.
  • Les étapes de validation de biomarqueurs innovants dans le domaine du cancer sont cruciales, et nécessitent des cohortes importantes de patients.
  • Supportés par la validation, ces tests visent à permettre aux cliniciens cancérologues une amélioration de la prise en charge des patients, et tendent à s'intégrer dans les protocoles standards.

 

Deux biomarqueurs de grand intérêt ont d'ores et déjà été identifiés dans les indications des carcinomes hépato-cellulaires (tumeurs du foie) et cancers métastatiques du colon.


  • Le carcinome hépatocellulaire (CHC) est la tumeur primitive maligne du foie la plus fréquente.
    • Il provoque 549 000 morts par an dans le monde et est la 3ème cause de mortalité par cancer.
    • Les possibilités thérapeutiques sont aujourd'hui limitées à une minorité de patients (20 =%) présentant des carcinomes hépatocellulaires de petite taille (< 5 cm) et de nombres limités (< 3).
    • Ces patients ont un taux de survie à 5 ans sans récidive de 73%.
  • Des traitements médicamenteux sont actuellement en développement pour le traitement des carcinomes hépatocellulaires.
    • Une étude récente prouve l'efficacité d'une biothérapie.
  • La recherche de facteurs génétiques et de biomarqueurs de réponse à ces thérapies est un élément clé de l'appréciation de leur efficacité.
    • L'étude du profil d'expression de 16.000 gènes a permis d'affiner la corrélation des altérations génétiques avec les caractéristiques des tumeurs.
    • Cette étude permet de mieux définir des sous-groupes de patients présentant des types de tumeurs associées à des pronostics différents, et donc d'orienter au mieux les traitements chirurgicaux ou médicamenteux.
  • En France le nombre annuel de nouveaux cas de cancer colorectal était estimé à 36.000, ce qui place ce cancer en 3ème position.
    • Le nombre de cancers colorectaux métastatiques en France est situé autour de 20.000 cas par an.
    • Le rôle de la mutation de KRAS comme facteur de résistance aux anticorps anti-EGFR dans le traitement du cancer colorectal, a été identifié et validé par une équipe INSERM.
    • Le test existant permet de prédire la "non-réponse à un traitement" avec une spécificité de 95% mais une sensibilité de 40 à 50%.
  • L'objectif actuel est, pour les malades dont la tumeur est non mutée pour KRAS, d'identifier et de valider des marqueurs prédictifs de la "réponse au traitement".

Pour ces deux projets, IntegraGen fait partie du processus de validation des biomarqueurs et de mise à disposition du test auprès des cliniciens et des patients.

Disclaimers - Mentions légales - Crédits